version imprimable

Principaux genres de Bolets

7ème lettre

Mon cher neveu,

Grand merci pour ta dernière lettre. Je suis ravi d'apprendre que la clé des Bolets t'a permis une initiation utile à la détermination des champignons. Ma satisfaction est encore plus grande d'apprendre que tu as utilisé cette clé avec succès pour faire connaissance avec une série de Bolets: le Bolet blafard, le Bolet élégant, le Bolet fiel - je m'attendais bien à ce que tu le rencontres -, le Bolet rude, le Bolet bai, le Bolet orangé, le Bolet gris des mélèzes et le Bolet à chair dorée.

En y ajoutant le Cèpe de Bordeaux, tu es capable ainsi de reconnaître neuf espèces de Bolets. Essaie maintenant de constituer, au sein de ces neuf espèces, plusieurs groupes tels que chacun d'eux présente des caractères ressemblants, voire identiques. Tu obtiendras ainsi une vue d'ensemble sur les

Principaux genres de Bolets

(Avec l'expérience, tu pourras aussi distinguer œ que l'on entend par caractères «importants» ou «moins importants» )

Si tes groupements coïncident avec la liste suivante, tu auras fait exactement œ que font les mycologues (c'est à dire les scientifiques spécialistes des champignons):

Groupe A: Cèpe de Bordeaux et Bolet blafard

Groupe B: Bolet élégant et Bolet gris des mélèzes

Groupe C: Bolet à chair dorée et Bolet bai

Groupe D: Bolet rude et Bolet orangé Le Bolet fiel reste isolé.

(Il faut remarquer d'emblée que les espèces de champignons qui ont un nom français usuel sont peu nombreux. Dans les livres en langue française, on se contente souvent des noms latins. Parfois - et j'ai tendance à suivre cet exemple - des auteurs traduisent le mieux possible en français les noms latins). Revenons à nos groupes.

Genre Boletus

Le Cèpe de Bordeaux et le Bolet blafard sont des «Bolets au sens restreint» et appartiennent au genre Boletus. Les carpophores de ce genre sont d'assez grande taille et remarquablement charnus. Le pied est presque toujours ventru, voire obèse - en tout cas renflé à la base - et fréquemment réticulé. On trouve deux bonnes douzaines d'espères du genre Boletus en Europe centrale. Les représentants les plus fréquents présentent les plus importants caractères de différenciation suivants:

Cèpe de Bordeaux (Boletus edulis):

Chapeau brunâtre. Stipe blanc à brun pâle, finement réticulé de blanc. Tubes libres, d'abord blancs, puis jaunes et enfin vert olive. Chair immuable (= ne change pas de couleur à la coupe).

Bolet blafard (Boletus luridus): Chapeau brun olivâtre. Pied rougeâtre à grossier réseau brun rouge. Pores rouge orangé, virant immédiatement au bleu noir au frottement.

Bolet satan (Boletussatanas): Chapeau gris blanchâtre, feutré. Stipe ventru, marqué d'une zone médiane rouge et d'un fin réseau rouge. Pores rouges. Chair bleuissante - souvent faiblement- à odeur repoussante.

Bolet à pied rouge (Boletus erythropus): Ressemble au Bolet blafard, mais son stipe, non réticulé, est marqué de flocons rouges alignés transversalement.

Bolet à beau pied (Boletus calopus): Chapeau gris brun. Stipe rouge vers la base, jaune avec un réseau blanc rouge en haut. Pores jaunes. Chair très amère et bleuissante.

Genre Suillus

Le Bolet élégant et le Bolet gris des mélèzes sont des représentants du genre Suillus (adjectif latin qui signifie: «qui concerne le porc» ). Le nom rappelle que le chapeau de ces espèces est lubrifié et même visqueux: cet aspect est dû à une texture toute particulière du revêtement, texture visible seulement sous l'objectif du microscope. Chez la plupart des espèces, le stipe est cependant sec, excepté, chez bon nombre d'entre elles, l'anneau qui peut être collant. Les Bolets de ce genre sont plus petits, moins charnus et leur stipe est aussi beaucoup moins gros que chez les Boletus. Leur chair ne change pas de couleur, ou alors faiblement. Les carpophores apparaissent sous des arbres déterminés: selon les espèces, il s'agit des pins, des mélèzes, des aroles ou d'autres résineux. Dans nos régions, parmi la vingtaine d'espèces de Suillus, on peut citer les plus fréquentes:

Bolet élégant (Suillus elegans ou S. grevillei): Chapeau jaune d'or. Stipe jaune d'or avec un anneau membraneux blanc. Pores jaune soufre à jaune d'or. Strictement sous mélèzes.

Bolet gris des mélèzes (Suillus aeruginascens ou S. laricinus): Chapeau gris à gris brun, visqueux. Stipe plus clair, visqueux aussi, avec un anneau floconneux blanc évanescent. Pores gris blanchâtres, assez grands. Strictement sous mélèzes.

Bolet du Trentin (Suillus tridentinus): Tout le champignon est de couleur rouge orangé brun («abricot»), y compris la chair, plus pâle. Pores assez grands. Beaucoup moins visqueux que le Bolet élégant. Sous mélèzes.

Bolet granulé (Suillus granulatus): Chapeau jaune brun, visqueux. Stipe jaune clair, sans anneau. Le sommet du pied suinte des gouttelettes et présente des granulations brunâtres. Pores jaune clair à jaune brun. Sous pins à deux aiguilles.

Bolet nonnette (Suillus luteus): Ressemble au précédent. Chapeau brun clair à brun foncé, visqueux à radialement fibrilleux. Cuticule facilement séparable. Stipe jaunâtre avec un anneau d'abord blanc puis violet brunâtre. Pores jaunes. Sous pins à deux aiguilles.

Genre Xerocomus

Le Bolet à pied rouge et le Bolai bai appartiennent au genre Xerocomus (du grec xéros = sec). D'apparence générale analogue à celle des Suillus, ils s'en différencient, comme l'indique le nom de genre, par un revêtement sec et soyeux feutré, non visqueux. Pas d'anneau. Espèces non liées à des conifères. Leurs pores présentent toujours des tons jaunes. On trouve chez nous environ dix espèces de Xerocomus. Les trois suivantes sont assez répandues:

Bolet bai (Xerocomus badius): Chapeau brun châtain, soyeux -tout au plus un peu lubrifié par temps humide-. Stipe assez épais, brunâtre, non réticulé. Pores jaune vert devenant bleu vert à la pression. Chair bleuissante.

Bolet à chair dorée (Xerocomus chrysenteron): Chapeau velouté, olive sale à brun noir, souvent tesselé craquelé, rougeâtre dans les fissures et les morsures d'insectes. Stipe assez svelte, rougeâtre totalement ou en partie. Tubes vert jaune. Chair jaune, rouge sous le revêtement.

Bolet subtomenteux (Xerocomus subtomentosus): Chapeau brun olive, feutré. Stipe svelte, brun jaune. Pores amples, jaune d'or.

Genre Leccinum

Le Bolet orangé et le Bolet rude sont deux représentants des Leccinum. Le groupe des «Bolets rudes» au sens large est caractérisé par la présence de méchules foncées sur le pied, ce qui leur donne un aspect ruguleux. Le revêtement est mat; les tubes - à une rare exception près - sont blancs et largement échancrés, créant un sillon autour du pied. Souvent les tubes débordent à la marge. La plupart des «Bolets rudes» sont liés à des feuillus déterminés. A ce jour, on dénombre au moins une douzaine et demie d'espèces du genre Leccinum, dont voici les deux plus importantes:

Bolet rude (Leccinum scabrum): Chapeau de diamètre moyen, brun gris. Stipe blanc à mèches foncées. Chair immuable. Tubes blanc gris. Seulement sous bouleaux.

Bolet orangé des bouleaux (Leccinum versipelle ou L. testaceoscabrum): Espèce de grande taille. Chapeau jaune orangé, sec. Stipe ferme, blanc à méchules noirâtres. Chair blanche, rosissante ou bleuissante, en particulier dans le pied. Seulement sous bouleaux. (Une espèce voisine est le Bolet orangé des trembles [Leccinum aurantiacum], dont les méchules sont brun rouge et la chair noircissante; il vient sous peupliers, en particulier sous les trembles).

Genre Tylopilus

Enfin, le Bolet fiel est isolé et seul représentant du genre Tylopilus (Tylopilus felleus).

Il y a, bien sûr, encore une série d'autres «groupes isolés»: nous en reparlerons à l'occasion. D'ici là, tu as le bonjour de

Tonton Marcel

×