Dans le creux de l’hiver, la nature nous offre le premier champignon de l’année. Sa couleur rouge vif ne passe pas inaperçue sur un fond blanc de neige. Il s’agit de la pézize écarlate (Sarcoscypha coccinea). C’est un petit ascomycète, de la même famille que les morilles ou les truffes. La pézize écarlate se présente sous forme d’une fructification ayant l’aspect d’une coupe que l’on nomme apothécie. Sa taille est plutôt modeste, de 1 à 5 cm de diamètre, sa couleur est magnifique, rouge vif à l’intérieur et rosâtre à l’extérieur. Ce champignon possède un pied plus ou moins long (jusqu’à 2 cm), souvent enfoui dans le sol où il s’accroche à une petite branche en décomposition. 

D’une comestibilité insignifiante, il est préférable de le laisser colorier la nature qu’une assiette de crudités, même s’il n’est pas toxique. 

Mais pour l’observer dans nos contrées, il faut le chercher dans les zones humides des bois de feuillus ou des bords des rivières, où il apprécie particulièrement les branches de noisetier ou d’érable. 

L’histoire dit aussi que le grand mycologue sud-africain Persoon (1761-1836) fut ébloui par la découverte de cet ascomycète. Il marqua le départ de sa carrière universellement reconnue dans le monde des champignons. Si ces quelques lignes vous ont fait découvrir la pézize écarlate, elles vous permettront peut-être de marcher sur les pas de ce savant. 

Texte : Jean-Martin Ducommun, photo Francis Meigniez   

Pour la troisième année consécutive, nous vous faisons découvrir les champignons au cours des saisons. Si cette contribution vous interpelle, faites-nous-le savoir à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. , c’est avec intérêt que nous prendrons connaissance de vos remarques.

 

 

 

×